jeudi 1 novembre 2012

Apprendre à donner

L'été dernier, je suis allée avec mon fils à la banque pour lui ouvrir un compte.  Nous sommes ensuite revenus à la maison et j'ai établi une liste de tâches, ainsi qu'un horaire.  Si mon fils fait toutes les tâches et qu'il se comporte bien à l'école, je lui donne 10$ tous les dimanches.  Et comme il est du genre à perdre son argent, et moi du genre à ne pas avoir d'argent comptant sur moi, je transfère les sous de mon compte de banque au sien. 

Mon fils étant un TED, c'est particulièrement important que tout soit clair et je voulais laisser le moins de place possible à la subjectivité.  Donc, j'ai établi des "déductions" sur son allocation bien claires : manquer de respect à un ami ou un adulte équivaut à une perte de 1$, une fiche de comportement, 5$.  Ça fonctionne plutôt bien je dirais.

J'avais trois intentions en instaurant ce système.  D'abord, faire participer mon fils aux tâches de la maison.  Il doit maintenant ranger ses vêtements dans ses tiroirs après le lavage, sortir les poubelles, essuyer la vaisselle et garder sa chambre propre.  Rien de trop exigeant, mais c'est un début.  Ensuite, avec des tâches précises à faire tous les jours, je voulais que la routine du soir soit plus facile.  Et ça fonctionne très bien je dirais. 

Enfin, je n'en pouvais plus d'aller au magasin et me faire demander tout le temps d'acheter tel cossins ou jouet.  C'était presque du harcèlement.  "Je veux, je veux, je veux".  Je le gâte probablement un peu trop et je voulais arrêter ça.  Alors maintenant, s'il veut quelque chose, il peut se l'acheter lui-même.  C'est son argent, il peut le dépenser comme il veut.  Bien entendu, je lui pose des questions parfois pour l'amener à réaliser qu'une chose est peut-être un meilleur achat qu'une autre, mais en bout de ligne, c'est lui qui décide. 

Tout ça fonctionne, mais je peux voir qu'en plus, il développe son sens de la valeur de l'argent et sa capacité à prendre une décision.  Je peux aussi constater qu'il est généreux car il offre souvent à ses cousines de leur acheter de petits cadeaux pour leur faire plaisir. 

La générosité est une qualité que j'aime vraiment chez lui.  J'ai la chance de vivre relativement confortablement; j'ai un bon salaire, pas trop de dettes et la chance d'avoir acheté ma maison il y a plus de douze ans, quand les prix étaient encore raisonnables.  Je peux donc me permettre de gâter ceux que j'aime.

J'aime aussi donner à certains organismes de charité et de recherche.  Tous les ans, je choisis mes organismes et je fais des dons qui sont directement prélevés sur mon salaire.  En plus de ça, depuis deux ans, je donne de l'argent tous les mois à l'Unicef. 

L'Unicef a une campagne intéressante pendant le temps des fêtes.  C'est possible d'acheter des cadeaux pour les enfants dans le besoin.  Il y a un catalogue et on peut acheter des choses qui vont de vaccins aux cahiers d'école en passant par les trousses pour les nouvelles maman jusqu'aux ensembles d'arts. 

Alors cette année, j'ai voulu que ma sauterelle participe à ce don.  Ensemble, nous avons regardé le catalogue et nous avons choisi des cadeaux.  Il a voulu contribuer 10$ et il a choisi des ballons de soccer.  Je ne l'ai pas obligé, mais il voulait le faire.  J'étais très fière de lui.  Je croyais que c'était important qu'il comprenne que ce n'est pas tous les enfants qui ont sa chance.

C'est le fun de penser que des enfants pourront jouer au soccer parce que ma sauterelle a fait ses tâches à la maison.  :)

1 commentaire:

Maman Prof a dit…

Quelle belle façon d'apprendre la générosité. Quelque part, une partie de soccer rendra des enfants heureux parce qu'un petit bonhomme apprend à donner. C'est vraiment beau je trouve.