samedi 28 août 2010

Maudite fin de semaine!

Je ne filais pas hier. Le stress des derniers jours a laissé ses traces et je me suis réveillée avec une migraine d'enfer. J'avais envie de me percer un trou juste sous le sourcil pour évacuer la pression que je ressentais dans le cerveau. Et j'arrive au bureau pour voir le gars qui lave les planchers tous les vendredis empester de parfum. Voyez-vous, le parfum, ça me donne la migraine. On pourrait penser que puisque j'en avais déjà une, ça n'avait pas d'effet, mais non! Tout le contraire.

Pourtant, il y a des affiches un peu partout autour de nos bureaux. Sa patronne lui a déjà dit plusieurs fois, mais le monsieur, il ne prend pas ça au sérieux. C'est vrai, je sais que c'est gossant, mais c'est encore pire d'avoir une migraine. Je lui ai dit hier... Je verrai vendredi prochain s'il a compris.

La journée s'est bien déroulée malgré tout. J'ai la chance de travailler avec une super belle gang. Ils m'ont donné une carte, un certificat-cadeau, commandé de la pizza et acheté un super gâteau en plus. Une très belle gang.

J'ai apprécié, même si j'aurais préféré prendre ça relaxe. La migraine, ça me donne mal au coeur aussi et le bruit... Mais c'est notre fête une seule fois par année.

J'avais prévu une petite sortie au resto le soir, pour faire plaisir à mon fils plus qu'à moi, alors quand ma mère m'a appelée pour m'inviter à regarder un film avec elle et partager une petite bouffe légère, j'ai accepté. Mon souper de fête devait être le lendemain puisque mon père était à Montréal vendredi.

Arrivée chez ma mère, elle invite ma soeur et toute sa famille, elle a acheté du poulet et deux petits gâteaux. Mon souper de fête a été vendredi finalement. Et moi qui avais envie de calme hier soir... Pas du tout ce que j'espérais.

Et ma nièce s'est blessée. En courant au parc, elle a trébuché et un morceau de bois s'est logé entre les deux orteils. Et on ne parle pas d'une petite écharde...

J'ai offert à ma soeur d'amener ses deux filles dormir chez moi. Je les gardais aujourd'hui de toute façon. Elle et son chum ont si rarement du temps seuls tous les deux.

Ce matin, quand la blessée de la veille s'est levé, c'était clair que son pied n'allait pas. C'était tout rouge et enflé sur le dessus du pied. Ça montait en ligne vers la cheville et la pauvre fille n'arrivait pas à marcher dessus.

Ma soeur a réussi à se faire remplacer au boulot un peu après midi. Elle est venue chercher sa fille pour l'amener à l'urgence, me laissant la plus jeune.

Pendant ce temps, je m'étais donné pour mission de faire beaucoup de travail dehors. C'est la première fin de semaine depuis trois semaines qu'il fait beau! Mauvaises herbes, laver l'auto, couper le gazon, laver les fenêtres. Pas trop bon pour mon cou (et le bras qui s'est lui aussi à faire mal depuis quelque temps), mais il faut bien entretenir ça une maison!

Il y a un nid d'abeilles dans ma plate-bande. Je n'ai pas osé m'approcher pour désherber... pas non plus pour laver la fenêtre du salon, qui est juste au dessus.

Et les deux enfants dans la cour en arrière qui faisaient des pâtés avec des feuilles, de la craie écrasée et de l'eau... sur la table de patio.

Je suis crevée ce soir. Absolument crevée. J'ai mal partout. Ma soeur est arrivée pour chercher sa plus jeune à 22 heures. Sa fille a une grosse infection et elle doit prendre des antibiotiques super puissants... Et je me sens mal parce que je disais à ma soeur que ce n'était pas si grave que ça (en fait, je croyais plus qu'elle s'était cassé ou fêlé un/deux orteil(s) ).

Il me reste un morceau du gâteau que mes collègues m'ont offert hier... J'en ai vraiment envie, mais mon fils voudrait le manger pour déjeuner demain. Si je le mange, je vais me sentir égoïste, si je ne le mange pas, je vais me sentir nounoune...

Je vais aller me coucher là. Au moins dans tout ça, je sais qu'il reste encore toute une belle journée ensoleillée à ma fin de semaine.

1 commentaire:

Lionne a dit…

Et ton dimanche ? Un peu plus reposant ?