jeudi 22 septembre 2011

Le pupitre dans le corridor

Ma sauterelle a bien de la misère depuis le début de l'année scolaire. Il se plaint de maux de tête fréquents, il n'arrive pas à dormir bien, il a de la misère à l'école.

Sa classe est bruyante. Son enseignante a dit que les élèves étaient bavards, qu'ils parlaient beaucoup et tout le temps. Mon fils n'arrive pas à se concentrer avec tout ce bruit et après un certain moment, c'est comme si le presto sautait. Trop de pression, trop de stimulations, trop d'efforts d'adaptation. Il se fâche, ou il se place les deux mains sur les oreilles et pleure. La solution de l'enseignante et de sa technicienne (quand elle est en classe avec lui)? Le sortir dans le corridor. Il a l'impression d'être puni.

D'abord, comment ça se fait que l'enseignante ne met pas son pied à terre? Un peu de gestion de classe ferait du bien non? Punir les enfants qui ne cessent de parler me semble être une bonne option non?

Hier mon fils m'a dit que l'enseignant songeait à mettre un pupitre à l'extérieur de la classe pour lui, pour qu'il puisse travailler. Je ne trouve pas que c'est acceptable. Il se sent déjà à part et différent et là on va l'isoler encore plus? Pourquoi ne pas lui faire un espace en retrait dans la classe? Je pourrais lui acheter des gros écouteurs anti-bruit même.

Son TDAH empire. Je le constate tous les jours. Le matin, alors que la médication ne fait pas encore effet, c'est l'enfer. Faire les choses les plus banales, comme se brosser les dents, devient une source de stress, pour lui et pour moi. Je crains que le pédiatre ne suggère l'augmentation de la dose, mais s'il continue de ne pas prendre de poids tout en grandissant, d'autres aspects de sa santé risquent d'en souffrir. Quoi faire, quoi faire...

Mon fils est en santé et je trouve ça tellement difficile... J'ai une pensée pour tous ces parents d'enfants malades. Je ne peux imaginer ce que ces tout-petits endurent, ni leur parents d'ailleurs. Courage et tous mes bravos aux parents de ce monde qui aiment et s'occupent de leurs enfants.

5 commentaires:

Patricia PEDRAZZOLI a dit…

Comme je comprends que cette "sanction" n'est pas acceptable !
Comme si l'enfant était responsable .. en même temps ça correspond bien à une ambiance tout à fait "banale" dans nos pays, éloigner le problème, quand on ne sait pas y répondre
Isoler ton enfant de la classe n'est pas supportable et ne fera qu'aggraver son comportement difficile à cerner pour l'équipe scolaire ;..
Le truc, c'est qu'ils ne sont pas "formés" pour accueillir ce type de problématique !
Je suis de tout cœur avec toi et ton fils en ce début d'année qui parait s'annoncer compliqué, mais ne baisse pas les bras, tu es une maman aimante et toi tu comprends ...
Je t'embrasse fort ...

Patricia PEDRAZZOLI a dit…

Encore moi !!
Pour bien faire le maître ou la maîtresse devrait :

Mettre en place des rituels.
Découper le temps.
Découper les tâches, une seule demande à la fois.
Leur apprendre à réfléchir avant d’agir « STOP ».
Apprendre à exécuter les demandes sans délais, 1. 2. 3.
Avoir des demandes claires.
Les répéter.
Donner des limites.
Limiter ses propres exigences.
Être très strict et constant sur une demande ou un refus.
Si l’on sait dès le départ que l’on va céder inutile d’offrir une résistance. Ne jamais laisser croire à un enfant que son insistance ou son chantage fonctionnent.
Être régulier et clair.

ça reste un point de vue d'une maman, mais ne suis pas dans ta peau et surtout pas dans celle de ton enfant ....
Les profs, n'ont malheureusement plus le temps d'être dans l'empathie et je trouve ça VRAIMENT DOMMAGE

Morgane a dit…

Bonjour, je ne commenterai pas la décision du prof, elle est effectivement mauvaise.

Mais je vais partager mon petit truc du matin avec mon hyper-hyperactif. Je le lève 20 minutes plus tôt (moi, je me traine hors du lit) et lui donne la médication dès le réveil (et c'est obligatoire). En échange, il a droit à 20 minutes de jeux vidéo tout seul (je prends bien soin de ne pas être dans la même pièce que lui, sinon je lui arracherais la tête tellement il est fébrile).

Comme ça, quand pitchounette se lève aussi, les 20 minutes sont passées et je retrouve un petit garçon plus charmant et plus à l'écoute des consignes.

Bonne chance pour la suite du monde :)

Caro l'ergo a dit…

J'ai une grande compassion pour toi, ce ne doit pas être facile. Je suis aussi d'accord avec toi en ce qui concerne le pupitre dans le corridor, ne serait-ce pas la place des jeunes bavards et dérangeants plutôt que celle d'un petit homme qui cherche la tranquilité. D'un autre côté, je ne trouve pas banale ton histoire d'écouteur, peut-être ne pourrais-tu pas en parler avec l'enseignante ?

Il y a une solution, c'est certain, mais il s'agit d'une décision d'équipe (parent, école, enfant)... pour le meilleur de ton petit homme.

Miss Desperate a dit…

Heu, je découvre ce blog et je ne suis pas sûre d'avoir bien tout suivi mais au-delà de l'attitude effectivement curieuse de la maîtresse, les problèmes de vue donnent de sérieux maux de tête en fin de journée (lunettes plus adaptées parce que la vue a évolué ou nouveaux problèmes de vue)... Peut-être à creuser de ce côté là.
Côté instit, j'ai encore mieux : le gamin qui joue à la corde à sauter en pleine classe et celle qui mange des chips en pleine classe !