mercredi 8 février 2012

Quand le drano fonctionne enfin...

Je n'en ai peut-être pas parlé à l'automne, j'ai oublié...  Mon fils est venu me voir dans la salle de bain un matin et m'a dit que sa vie n'était pas belle et qu'il allait se planter un couteau dans le coeur.  Mon propre coeur de maman a reçu tout un coup de couteau ce matin-là. 

Il a refusé d'élaborer davantage.  D'ailleurs, il m'a dit ça avec un grand sourire.  J'ai téléphoné à l'école pour parler à sa TES ce matin-là.  Nous avons impliqué la psychologue de l'école.  À force de discussions, nous avons compris que son malheur était lié à une décision prise par l'école et moi de l'empêcher de jouer au hockey à la récré.

Tout va mieux, plus d'autres mentions de couteau ou de vie pas belle depuis.  Sauf que lorsque c'est arrivé, j'en ai parlé à l'intervenante du CLSC.  Ça a été comme un mot magique.  "Sésame, ouvre-toi!"

Depuis cette discussion, j'ai reçu une subvention pour envoyer mon fils passer une journée par mois dans un organisme communautaire de la région, l'ARC.  Bon pour lui, bon pour maman qui a besoin de répit de temps en temps. 

Ensuite, on m'a demandé de participer à un groupe de discussion/formation pour les parents d'enfants ayant une déficience intellectuelle ou un trouble envahissant du développement.

Puis, elle m'a annoncé que le dossier de ma sauterelle était maintenant prioritaire pour être vu par des intervenants du Pavillon du parc (organisme faisant fonction de CRDI dans l'Outaouais - vous me direz qu'il était temps, deux ans et demi que mon fils a reçu son diagnostic).  C'est la mention du coup de couteau qui lui a mérité l'étiquette de prioritaire. 

J'ai aussi obtenu une référence en psychologie pour mon fils.  Avec toute l'anxiété des dernières semaines, je crois que c'est nécessaire qu'il voie un psychologue.  Je n'ai pas les outils pour l'amener à nommer ces craintes, je pense que même mon fils n'est pas capable de bien les identifier.  Ça lui fera le plus grand bien.  Et encore une fois, son dossier est prioritaire.

Ce qui a fait débloquer les choses tout d'un coup?  Non, ce n'est pas un bon coup de Drano dans la tuyauterie des services de santé...  C'est l'affaire du coup de couteau et aussi le fait que j'ai pris deux mois de congé de maladie pour stress.  L'intervenante du CLSC me "surveille" maintenant.  Elle m'appelle chaque semaine pour me demander comment ça va.  J'avoue que ça me dérange un peu...  même si j'ai pris un congé, ça n'a pas affecté mes capacités à bien m'occuper de mon fils.  Sauf que d'un autre côté, c'est un bien petit mal pour que ma sauterelle obtienne enfin du soutien! 

4 commentaires:

Lionne a dit…

L'intervenante est seulement très consciente que tu es la meilleure personne dans la vie de ton fils, et que si toi, tu craques, elle va se retrouver avec un problème de plus sur les bras... Elle ne met pas tes capacités en doute, j'en suis sûre !

cryzal a dit…

Je trouve le commentaire de Lionne très pertinent....comme toujours :)

MamanIsaD a dit…

Lionne a parfaitement raison et je me disais exactement la même chose en te lisant. L'intervenante t'appelle pour s'assurer de ton propre bien-être! Surtout pas pour te surveiller. Elles sont très conscientes de ce qui pourrait arriver si tu ne vas pas bien et elles ne veulent surtout pas que ça arrive.

Je suis contente pour toi et ta sauterelle et il était grandement temps que le dossier se retrouve en haut de la pile... mais c'est malheureux qu'il ait fallu que vous en soyez rendus là pour que ça bouge. Notre système de santé est vraiment malade...

Au moins, maintenant ça bouge et il faut regarder ça positivement!

Maman Tupperware a dit…

Bien contente de voir que les choses avance! Un jour à la fois et ensemble vous y arriverez!
Je voulais te dire aussi qu'il y a un jeu de TAG sur la bloguesphère et j'ai réussie à te toucher (histoire de se changer les idées un peu :-))
Viens voir mon blog pour poursuivre le jeu!
À bientôt!
Michelle x x