mercredi 29 février 2012

Intimidation nouveau genre

Pour la deuxième fois en une semaine, l'école m'a appelée pour que j'aille chercher mon fils avant la fin des classes.  La semaine passée, c'était parce qu'il avait été suspendu pour l'après-midi après avoir fait une crise incontrôlable.  Aujourd'hui, ce n'était pas sa faute.

Depuis le printemps dernier, la meilleure amie de mon fils est une petite fille de son âge qui adore le hockey, tout comme lui.  Ils sont inséparables à l'école.  Mais au fil des mois, j'ai remarqué certains détails qui m'ont agacée. 

Mon premier indice a été lorsque mon fils m'a donné sa liste d'amis à inviter à son anniversaire.  Il y avait des enfants dont je n'avais jamais entendu parler.  Et, surtout, il manquait des noms d'amis de mon fils.  C'était la petite fille qui lui a dit qui inviter.  J'ai insisté pour qu'il invite SES amis, et il a modifié la liste un peu, mais c'était clair qu'il ne voulait pas lui déplaire. 

Le jour de son anniversaire, c'était la même chose.  C'était elle qui décidait comment ça se passait.  Et la petite maudite...  Elle est tellement mignonne, elle a tellement un beau sourire et de belles manières, on dirait un ange. 

Puis, un soir sur deux, quand j'allais chercher mon fils à l'école, il était triste.  Il s'était chicané avec la petite fille parce qu'il n'avait pas voulu faire ce qu'elle voulait (Yay!  mon fils ne se laisse pas toujours mener par le bout du nez).  Mais ces épisodes le rendent tristes, le tracassent et sont une source d'anxiété.  De plus, au retour des récrés, ces conflits le bouleversent et il a de la difficulté à se concentrer sur le travail.  Pour un enfant TED, les interactions et relations sociales sont déjà difficiles à comprendre, si on y ajoute un trouble anxieux et qu'on mêle à ça des émotions, ça devient très lourd à porter pour lui.

Lundi, l'école avait invité un intervenant qui est venu parler d'intimidation dans les classes.  Mon fils a trouvé la discussion importante et intéressante et il y a beaucoup réfléchi.  Hier, il a dit à sa technicienne en éducation spécialisée qu'il croyait que ce que son amie lui faisait était de l'intimidation. 

Et c'en est.  Je n'y avais pas pensé comme ça - il faut dire qu'avant aujourd'hui, la technicienne en éducation spécialisée ne m'avait pas donné tous les détails de leur dynamique.  Elle lui fait carrément du chantage affectif (elle n'a que 8 ans, ça va être beau lorsqu'elle sera ado et adulte) et comme mon fils est particulièrement vulnérable au chantage affectif, de par son TED justement, elle arrive facilement à ses fins.

Mon fils est donc pris dans un dilemme.  D'un côté, il veut s'affirmer, et il y est encouragé autant par moi que par sa TES, mais de l'autre, déplaire à son amie lui cause du stress et de l'anxiété. 

Depuis le retour des fêtes, aux dires de la TES, le problème a décuplé (le retour des fêtes correspond à la soudaine insécurité de ma sauterelle...  hasard?) et tout le monde tente de trouver une solution.  On pense sérieusement à leur interdire de jouer ensemble. 

Jusqu'à maintenant, la plupart des interventions ont été faites avec mon fils et très peu avec la petite fille (même si la TES insiste pour que mon fils invite d'autres enfants qu'elle dans ses activités-privilèges).  Aujourd'hui, autant la TES de mon fils que celle du centre d'aide à l'école ont décidé qu'il fallait intervenir auprès de la petite fille.  Elles croient que son comportement est inacceptable et elles agissent. 

Je viens tout juste de réussir à mettre ma sauterelle au lit...  Je l'entends qui pleure...  Demain, il n'aura pas le droit de jouer avec son amie et ça lui brise le coeur.  Il sait qu'elle sera fâchée contre lui.  Il y a pourtant plusieurs enfants qui seraient prêts à jouer avec lui, mais qui ne le font pas soit parce que la dite-amie ne les aime pas, ou parce qu'elle n'est pas aimée des autres. 

Ce n'est tellement pas simple...  Si je pouvais d'un coup de baguette tout arranger, ce serait tellement génial...

4 commentaires:

Maman Tupperware a dit…

Je suis sans mots! Pauvre coco!!!
Ce que je trouve triste c'est que nos enfants différents sont souvent retiré des groupes ou rencontré lorsque quelque chose ne va pas. Quand ils font des crises, on nous appelle pour qu'on aille les chercher... mais rarement les intervenants n'interviennet auprès des enfants dit "normaux"...
Je suis contente que l'école t'offre du support et intervienne auprès de ladite amie.
Courage! On y arrivera!
Michelle x x x

Lionne a dit…

Les mauvais amis... je connais ça aussi mouais. Tout serait beaucoup plus simple sans eux :|

Looange a dit…

Ouf pauvre ti loup ! Mais je suis contente de lire que l'école passe à l'action ! Et aussi auprès de la petite fille. Car elle le refera sûrement avec un enfant qui ne s'en rendra pas compte.

Vanessa a dit…

Pauvre p'tit minou :( Comme tu dis ce ne sera pas drôle lorsqu'elle sera ado/adulte! Ouf!

Moi ce que je me demande c'est à quel moment on peut parler d'intimidation? Après le cas de la petite Marjorie, lorsque je lis l'histoire de ton gars et avec es expériences personnelles, je me demande toujours elle est où la limite? Celle qui décide que ce n'est plus de "l'écoeurage", des taquineries, du chantage ou même pire quand est-ce que ça se transforme en harcèlement??

Je suis contente que l'école intervienne dans cette relation malsaine que ton garçon a avec la poulette par contre! C'est le fun de voir qu'il s'implique!