jeudi 19 mai 2011

Ah les maudits voisins...

Ils font du bruit, ils stationnent leur auto devant la maison, font des bombes dans la piscine au milieu de la nuit, ils jettent leurs mégots de cigarettes et capsules de bière à travers la clôture.

J'habite un semi-détaché de 1300 pieds carrés dans un quartier on ne peut plus résidentiel. Le voisinage, le placotage, l'échange de tasse de farine, l'empruntage d'échelle, ça ne me ressemble pas. Je me regarde comme voisine et oui, je suis sauvage.

Ce n'est même pas que je n'ai pas envie de connaitre mes voisins. C'est que je ne sais m'y prendre pour amorcer une conversation. On parle de quoi avec quelqu'un dont on ne sait rien sauf son adresse?

La proprio du semi à côté du mien, où j'habite depuis plus de 11 ans, s'appelle Sylvie. Elle a l'âge de ma mère ou un peu moins. Elle s'habille comme une fille de 20 ans, elle a 3 enfants, dont le plus jeune doit avoir environ 22 ans maintenant.

Quand j'ai emménagé, elle était mariée à un gars qui n'arrêtait pas de fumer du pot. Il passait ses journées d'été assis au bord de la piscine à fumer et à boire de la bière. Il ne travaillait pas. Puis un jour il est mort. Il était malade, il parait que la mari c'était pour ça. Alors Sylvie s'est fait un autre chum, qui habitait là 3 mois plus tard. Leur passe-temps préféré, c'était s'engueuler. Il travaillait et elle le critiquait, assise sur la chaise longue en bikini à boire de la bière. Une fois, j'ai appelé la police. Il la frappait je crois. Ça criait dans la maison sans bon sens et j'entendais des bangs. Disons que le lendemain, quand je les ai croisés dans l'entrée, j'étais mal à l'aise.

Elle a fini par le laisser. Ou c'est lui qui est parti, je ne sais pas. Et Sylvie a disparu. Un nouveau chum. La pancarte à vendre est apparue il y a 3 ans, mais elle n'a toujours pas vendu. Ce qui est très étrange, les maisons se vendent en quelques semaines dans le quartier.

Alors elle loue la maison.

La première année, c'était un homme seul. Il a fait installer un système de télé Bell. Il pouvait changer les postes de ma télé... Il se commandait des films XXX gays... une chance qu'il ne pouvait pas le faire sur ma télé qui n'est pas branchée sur le téléphone. J'ai finalement appelé Bell et j'ai reconfiguré la télécommande. Le monsieur, je ne le reconnaitrais pas dans la rue si je le croisais.

L'an passé, 4 jeunes dans la vingtaine. 3 gars et une fille. J'ai vu la fille embrasser deux des gars... Je ne sais pas si elle a changé de chum ou s'ils avaient un autre type d'arrangement... Mais en tout cas. Eux non plus, je ne les reconnaitrais pas. Peut-être à leur voix, parce qu'ils faisaient pas mal de party. Et je reconnaitrais certainement leurs deux chiens qu'ils laissaient dans la cour la nuit. Ma chambre donne sur la cour... Maudits chiens qui jappent toute la nuit.

Et puis cet hiver, vers les 5 heures, ça cogne à la porte. Un bum. Cheveux longs, anneaux dans les oreilles (vous savez ceux qui dont DANS le lobe, qui déforment et font un gros trou?). J'ai cru que c'était quelqu'un qui voulait me vendre quelque chose. Mais non, c'était le nouveau voisin qui venait se présenter. J'ai trouvé ça cool.

Il est jeune. Son fun semble être inviter des amis et s'asseoir contre l'auto dans l'entrée et parler. Il monte les escaliers un peu fort parfois.

Mais ce soir, alors que la pluie nous a fait cadeau de quelques heures de soleil, je me suis dit que je devais en profiter pour couper le gazon qui m'arrivait presqu'aux genoux... Le cou est encore en compote, mais c'est mieux. Et il faut faire ce qu'il faut faire.

J'ai sorti la tondeuse, j'ai mis l'essence, l'ai démarrée et j'ai commencé. Puis j'ai vu mon fils sortir et me faire des grands signes. "Il y a un étranger qui cogne à la porte maman!"

C'était François, le voisin. Il m'offrait de s'occuper du gazon. Pas juste en avant, derrière aussi (il n'y a pas de gazon dans sa cour arrière, juste une piscine creusée). Et pas seulement aujourd'hui, pour tout l'été.

Ça fait 12 ans que je fais le gazon des deux côtés en avant... L'an passé, Sylvie est venue à quelques reprises... et a fait son côté à elle seulement!!! L'été passé, c'est une de mes amies qui s'est occupé de ma pelouse une bonne partie de l'été car la blessure au cou m'en empêchait.

J'ai trouvé ça tellement gentil. J'ai désherbé les platebandes, arrachés les pissenlits et il s'est occupé de la tondeuse. En le remerciant, j'ai remarqué son accent du bas du fleuve. Il ne vient pas de la ville certain ce gars-là.

Alors me voilà maintenant entourée de bien bons voisins. Le jeune François d'un côté. Lucie et Rick de l'autre. Rick et moi déneigeons toujours l'entrée de voitures partagée à deux. Et quand sa souffleuse marche (ce qui n'est pas souvent), il fait le gros du travail. L'an passé, il a coupé et déraciné un arbre qui poussait trop près de la maison.

Va falloir que je change d'opinion sur les voisins j'imagine... Maintenant, si seulement la maison en face de chez nous qui vient d'être vendue avait été achetée par un homme fin trentaine, début quarantaine célibataire... Je ne serais pas gênée d'aller lui emprunter de la farine...

4 commentaires:

Lionne a dit…

EXCELLENT ! Sans se mettre à se voisiner sans cesse, les relations de bon voisinage sont très importantes, car lorsque ça dégénère, ça empoisonne l'existence au max... Il a quel âge le François ? :-p

Stéphanie a dit…

@Lionne : Tu demandes parce qu'il s'appelle François? Je crois que tu as des fils plus vieux que lui. :)

Capara a dit…

Ton quartier commence à ressembler à «Wisteria Lane» de Desperate Housewives. ;)

Anik a dit…

C'était touchant comme billet. Je suis toujours émue de constater qu'il existe encore des gens comme ça... simplement bons...

Wisteria Lane... héhé...

C'est vrai que c'est dommage que tu n'aies pas de voisins célibataires dans la bonne tranche d'âge... Il pourrait aussi venir t'aider pour toutes sortes de choses... ;-)