jeudi 26 mai 2011

La grande gibelotte

Il y a dans mon équipe un homme qui vient de Djibouti. Cette personne est une perle. Il est excellent dans son travail, il a une attitude exceptionnelle et surtout, une incroyable soif d'apprendre. Ses étudiants l'adorent et même s'il est le petit dernier de l'équipe, il est respecté par chacun.

Quand j'ai la chance de manger dans la cuisine avec le reste de l'équipe, les échanges sont vraiment intéressants. Mais plus récemment, l'équipe s'est donné la "mission" de faire goûter les aliments nord-américains à Kadar. Tout ça a commencé alors que quelqu'un faisait référence au sketch des Tetes à claques de l'Halloween. "J'aime ça moi des Pop Tarts". Bien entendu, Kadar ne connaissait pas les Têtes à claques. Et il a demandé ce que c'était que des Pop Tarts.

Mais quelle horreur que cette espèce de fausse pâtisserie de biscuit rassis et de confiture de sucre colorée et couverte de ce glaçage figé dans le temps. Ce genre d'aliment qu'on peut laisser sur le comptoir quelques années et qui ne changera pas d'apparence. Et le goût... Je sais que certains aiment ça, mon fils en fait partie, mais très peu pour moi.

Alors voilà qu'un autre collègue arrive à une réunion d'équipe un vendredi avec des Pop Tarts pour tout le monde. Et Kadar qui y goûte et reste poli de peur de blesser... Il a admis quelques jours plus tard qu'il avait détesté.

Maintenant, je veux faire découvrir le pâté chinois à Kadar. J'aime le mien avec des patates bien crémeuses avec beaucoup de beurre, du blé d'inde en crème. Je le mélange pour faire une belle gibelotte. J'ajoute même mon bon ketchup aux fruits parfois. Avec des betteraves et des petits oignons marinés. À mon goût, un pâté chinois qui se tient en bloc... ce n'est pas du pâté chinois.

Il trouvera ça probablement étrange, mais ça vaut la peine qu'il essaie. Il a ensuite promis de nous préparer quelque chose bien de chez lui.

En passant, pourquoi dit-on pâté chinois? Les Britanniques à qui l'on doit le plat d'origine appelle ça le "sheppard's pie", le pâté du berger. Comment le berger est devenu chinois... Avez-vous une idée?

4 commentaires:

Morgane a dit…

vite de même, je pense que c'était le mélange nourrissant (!) que les contremaitres servaient aux Chinois engagés pour le chemin de fer, mais à valider...

Lionne a dit…

J'ai la même info que Morgane...

Stéphanie a dit…

C'est ce que je croyais aussi, mais il semblerait que ce n'est pas possible. Ça ne cadre pas avec les dates. Et puis, les Chinois, ils mangeaient du riz. Ce qu'on dit, c'est que c'est.... un mystère! Il y a même un gars qui a écrit un livre là-dessus.

Isa D. a dit…

À CHEZ 106, ils font un concours du resto qui fait la meilleure poutine en Outaouais! Tu crois qu'il aimerait ça la poutine? :-) au fond, c'est quoi notre manie de toujours mélanger 3 choses? Steak, blé d'inde, patates... Frites, sauce, fromage... Saucisses, patates, fromage gratiné (mon plat "comfort food" préféré!)...