samedi 14 mai 2011

Quelle semaine!

Elle a commencé avec un gros bang ce lundi. Ça n'a pas été facile lundi, mais la nouvelle que mon fils aura de l'aide à l'école dès septembre, ça a calmé tout mon stress et je suis devenue presqu'inébranlable.

C'est une excellente nouvelle. Enfin, l'école a reconnu que mon fils avait besoin de support. Je crois que leurs efforts en ce sens coïncident avec le départ de Mathieu, la petite peste qui terrorisait tous les autres. En effet, il a quitté l'école pendant quelques semaines pour être suivi professionnellement. Il est revenu à l'école la semaine dernière à temps partiel et beaucoup d'encadrement. Je crois qu'avant cette intervention, il était difficile pour le personnel de l'école de voir autre chose que lui... et que tous les autres enfants avaient l'apparence d'anges en comparaison. En tout cas, c'est possiblement enfantin comme raisonnement...

Pour continuer dans la même veine, j'ai rencontré le pédopsychiatre jeudi pour discuter des crises d'anxiété de mon fils.

C'était difficile d'entendre mon fils raconter au psychiatre à quel point son père lui manquait et qu'il lui arrivait de devenir fâché et frustré à cause de ça. Il lui a dit croire que son père ne l'aimait pas beaucoup sinon pourquoi aurait-il déménagé à Sherbrooke. Il pense aussi que maintenant que son père a un autre enfant, qu'il n'a plus besoin de lui et que c'est pour ça qu'il ne vient plus le voir.

Ça fend le coeur... Mon fils ne me dit jamais des choses comme ça. Depuis, j'essaie de le rassurer, mais c'est difficile quand son père lui dit qu'encore une fois, il ne pourra pas le voir en fin de semaine parce qu'il n'a pas d'argent... et qu'il lui dit en plus que c'est parce que je lui ai tout volé!

Non mais! Quel imbécile! Pardonnez-moi, mais je trouve ça lâche de manipuler son fils pour se venger. Il est fâché contre moi mon ex. Parce que tannée de ses excuses pour ne pas payer les arrérages de pensions, tannée de devoir lui demander de me donner la pension pour le p'tit, après 5 ans, j'ai décidé de faire saisir son salaire. Assez c'est assez.

Pour revenir au psy, il souhaite traiter l'insomnie avant de traiter l'anxiété. J'ai trouvé ça étrange d'abord, mais c'est logique. Il veut d'abord que je tienne un journal sur le sommeil de mon fils. Il veut que j'aille vérifier tous les soirs, toutes les heures ou plus, s'il dort et ensuite de noter l'heure à laquelle il s'endort. À son avis, il doit faire ses crises lorsqu'il manque de sommeil. Et comme c'est fréquent que ma sauterelle ne s'endorme pas avant 2, 3 ou même 4 heures après son heure du dodo, c'est logique. Selon lui, il est dans son lit, incapable de dormir et il s'inquiète. Et l'inquiétude augmente en vieillissant car il se rend compte de plus de choses.

En tout cas, c'est ce que je dois faire. Je dois aussi lui donner de la mélatonine pour l'aider à s'endormir. Je n'étais pas chaude chaude à l'idée, mais ça ne coûte rien d'essayer. Le premier soir, ça a très bien marché. 5 minutes et il dormait.

Professionnellement, ça ne s'arrange pas. Les jours qui passent semblent confirmer que je vais perdre mon travail. Quand? Pas trop certaine. Ce n'est vraiment pas facile. Ça ne fait l'affaire de personne. Ni de ma patronne, ni de la personne qui reviendrait occuper mon poste. Elle aimerait mieux rester où elle est, mais elle est aussi victime des circonstances et n'a pas trop de choix. Je ne lui en veux pas pour ça. Par contre, elle semble croire que le retour sera facile, qu'elle connait bien la job et que je serai là pour la seconder. Et elle me dit tout ça avec condescendance. Elle verra que l'unité n'est plus ce qu'elle était quand elle est partie. J'ai tout changé, les processus, les collaborations, la structure. Et je ne serai pas là pour l'aider. Ça c'est certain.

Ça ne me plait pas de perdre ce travail. J'adore. Et je fais une différence. Mais ce ne sont pas des choses sur lesquelles j'ai le contrôle alors je ne m'en fais pas trop. D'ailleurs, j'ai déjà appelé plusieurs personnes pour indiquer ma disponibilité. Et je sais aussi que ma patronne tente de trouver une façon de me garder, si ce n'est pas dans mon poste, c'est ailleurs. On verra bien ce qui arrivera, mais pour le moment, j'essaie avec assez de succès de ne pas trop m'en faire.

Et puis finalement, quelle belle semaine côté météo! Wow! Je suis allée chercher mes parents à l'aéroport hier d'où ils revenaient d'une semaine à Vegas. Il a fait plus beau et chaud ici que là-bas!

Dommage que ça se gâte juste à temps pour la fin de semaine, mais même là, superbe semaine. Au moins la pluie en fin de semaine sera une excuse pour faire un ménage en profondeur. Et un peu de popotte aussi.

Bonne fin de semaine!

2 commentaires:

Lionne a dit…

BEAUCOUP de positif dans ce billet malgré les embûches que tu racontes ! Ne lâche pas !

Isa D. a dit…

Enfin des bonnes choses qui ressortent! Ça fait p-ê mal d'entendre ton petit coco parler de choses avec un étranger au lieu de toi mais ultimement, ce qui compte c'est qu'il sorte le méchant et qu'il apprenne à relativiser et à s'en sortir par lui-même. Vous en serez grandis tous les 2! Quant à ton ex, seul un lâche et un immature ferait ce qu'il fait... S'il se rendait compte du résultat de ses actions sur son fils, il arrêterait p-ê mais j'en doute.

Bonne chance pour ton travail! N'y a-t-il pas un dicton qui dit "toute bonne chose vient à celui ou celle qui sait attendre"? J'admet que c'est parfois long mais lâche pas!!!