vendredi 21 janvier 2011

Los hombres dominicanos

Mon expérience avec les Dominicains, même si elle se résume à une toute petite semaine dans un complexe hôtelier et mon guide, est très positive.

C'est un peuple qui m'a semblé souriant, accueillant, avec un très grand sens de l'humour. Dans les restos, les magasins, sur la plage, impossible de croiser un Dominicain qui ne nous dit pas "Holà" en souriant. Même l'homme que je croisais à 7 heures du matin (il faisait encore noir à sept heures) qui était en train de balayer les pierres autour de la piscine me faisait son plus beau sourire.

Ah, ils ne sont pas pressés les Dominicains. Au lobby de l'hôtel, au check in, le seul commis prenait tout son temps. Un client qui s'impatientait a reçu un beau sourire et un "Relax... It's dominican rythm. You're on vacation, relax". Et c'était bien vrai. À l'excursion, lors d'une pause pipi en route vers Bayahibe, le chauffeur nous a bien dit que nous avions 15 minutes "en temps canadien".

Le lobby de l'hôtel était rempli de jeunes hommes à chemises bleues. Notre représentant de voyage nous a dit qu'ils essaieraient de nous charmer, de nous offrir des dîners aux chandelles ou des promenades à cheval sur la plage... En échange de quelques heures à écouter la présentation de tel ou tel complexe hôtelier à la recherche de clients pour leur Time Share.

Des chemises bleues... ah oui, ça il y en avait. Mais personne n'a essayé de me vendre quoi que ce soit. Me charmer? ah oui par contre.

Il y avait un certain Sonito. Beau, jeune, et charmeur. Chaque fois que j'approchais le lobby, Sonito apparaissait. "C'est ma Stéphanie-Jolie!" Il me prenait la main, la taille. Il posait sa tête sur mon épaule (beaucoup plus petit que moi le jeune homme). Il me chantait la pomme en français, anglais et espagnol mélangés.

Un après-midi, il est venu sur la plage et a repéré mon père. Il lui a demandé ma main... :) Et mon père de répondre... "Elle est assez vieille pour décider toute seule"

Et le même soir, au restaurant... Juan.

Juan semblait être le patron du resto-buffet. Il était là tous les jours, de l'ouverture à 7 heures jusqu'à la fermeture à 23 heures. Juan est marié. Il a quatre enfants et trois petits-enfants. Mais je lui plaisais à Juan... À chaque fois que mon père s'éloignait, Juan s'approchait pour me parler.

Ce soir-là, il m'a demandé si je voulais aller à la discothèque avec lui. Puis il m'a dit qu'il n'avait pas le droit d'aller à la discothèque, mais qu'on pourrait faire quelque chose malgré tout.

C'était bien clair ce qu'il avait en tête. Juan a été bien déçu je crois.

Le lendemain, il m'a demandé s'il pouvait être mon "boyfriend". Oh boy... Mais je suis certaine qu'il trouvera une autre femme un moment donné...

C'est bien certain que ce n'était pas vraiment moi qui était désirée. Une touriste blanche, célibataire, assez jolie... pas vraiment beaucoup de complications pour eux. Mais quand même, ça fait du bien d'être cruisée un peu. Surtout quand on passe sa journée en maillot de bain sur les plages à voir des filles de vingt ans en bikini string sans bourrelets, vergetures ou cellulite...

3 commentaires:

Catellina a dit…

Oh oui! Tu sembles avoir fait bon voyage! ;)

cryzal a dit…

Trop drôle....ils voudraient tous se faire marier et venir vivre ici ....et pour certain cela fonctionne mais c'est vrai que cela doit être très plaisant de se faire cruiser ....ça soit tellement faire du bien et je suis contente de voir que tu as su en profiter loll

Lionne a dit…

Bahhh j'suis pas inquiète pour toi, t'as une tête sur les épaules, pas toi qui se laisserait avoir comme ça... ;-) Mais profiter du côté agréable de la chose... pourquoi pas ?