mardi 28 septembre 2010

La fierté d'une maman

En l'espace d'une heure aujourd'hui, je suis passée des larmes aux larmes. Larmes d'une maman qui s'en fait pour son petit gars aux larmes d'une maman qui déborde de fierté pour lui.

Encore une fois, mon gars a été frappé à l'école. Le même que celui qui avait eu la brillante idée de le traîner par terre la semaine passée. Il semble avoir tout un caractère parce que cette fois, il l'a fait juste devant l'éducatrice alors que ma sauterelle lui expliquait que l'autre petit gars l'embêtait.

Le petit garçon, la petite peste, le ... s'est fait punir en se faisant mettre en retrait (!). Quoi?!? Je n'en revenais pas quand j'ai appris ça hier. Deux fois qu'il fait mal à mon fils en une semaine, et il n'a pas d'autre conséquence que de rester debout le long du mur pendant la récréation. Et mon fils lui, fait des cauchemars et n'arrive pas à dormir, il ne veut plus aller à l'école...

Ce matin, j'ai re-téléphoné à l'école. Deux fois en une semaine. Je crois que c'est plus que l'année dernière au complet. Son prof ne m'a pas rappelée... Je ne suis pas très impressionnée.

Mais la responsable du service de garde oui. Elle m'a écoutée et m'a expliqué les différentes interventions possibles. Elle m'a demandé la permission d'en discuter avec ma sauterelle, en compagnie de son éducatrice et de la technicienne en éducation spécialisée de l'école.

Au téléphone, j'avais de la misère à parler tellement j'avais le motton, oui, carrément le motton, pris en travers de la gorge. Je n'arrivais pas à articuler mes mots tellement je travaillais fort pour retenir mes sanglots dans ma voix. La responsable, elle est maman aussi. Elle a compris.

Le téléphone a sonné une heure plus tard.

- Avez-vous quelques minutes? Je sais qu'on doit se parler ce soir, mais votre fils vient de sortir de mon bureau et je veux partager ça avec vous pendant que c'est frais.

Voyez-vous, ma sauterelle, on lui a appris qu'il fallait d'abord essayer de résoudre les conflits entre amis avant d'impliquer les adultes. Il a récité la leçon par coeur. Il a même fouillé dans les pages de son agenda pour montrer où c'était écrit.

Il est comme un ordinateur. On le programme à faire telle ou telle chose quand il se retrouve dans un contexte X. Le problème, c'est que si un tout petit détail change dans la situation de départ, il n'est pas capable d'ajuster la réaction. Tout ça, ça fait partie des troubles envahissants du développement.

Alors, il n'avait pas compris qu'avec ce garçon-là, quand il se fâchait, ça ne servait à rien de parler ou de discuter. Il faut prévenir un adulte.

Après sa rencontre, la responsable a demandé à la secrétaire d'aller chercher l'autre garçon et a demandé à mon fils de retourner dans sa classe.

Ma petite sauterelle, ma grande sauterelle en fait, a plutôt demandé de rester.

- Maintenant, il n'est plus en colère, peut-être qu'on pourra discuter.

Et mon fils a parlé à l'autre garçon. Il lui a expliqué comment il se sentait et il lui a demandé pourquoi il ne s'excusait jamais. Pour mon gars, c'est très important de s'excuser. Tout le monde fait des erreurs, mais si on demande pardon, c'est déjà beaucoup.

J'étais dans mon bureau et j'écoutais le récit. J'étais tellement fière de lui. Il est tout jeune, mais il voulait régler le problème. Il n'était pas fâché contre le garçon. Je suis vraiment impressionné. Si j'avais été comme lui à son âge, je n'aurais peut-être pas été frappée tous les jours pendant si longtemps.

L'école a rencontré les parents de l'autre garçon. Au service de garde, ils ont changer les deux enfants de place au diner pour qu'ils ne soient plus assis un à côté de l'autre. Si un autre incident se produit, ils vont changer l'autre de groupe.

Je dois encore parler avec la directrice et l'enseignante. Réagir aux situations c'est bien, mais un peu plus de proactivité serait mieux.

2 commentaires:

Lionne a dit…

Et uis ? Leur as-tu parlé ? Ça s'est soldé comment ? Mon fils n'a heureusement pas vécu cela de manière aussi intense puisqu'il était dans des classes spécialisées où la différence de chacun était bien acceptée par les autres. Mais ça lui est tout de même arrivé et je sais à quel point c'est difficile à gérer...

Lâche pas, Tu es une maman géniale !

Evyzamora a dit…

Ouf!
Quel grand homme ta sauterelle! Et le courage aussi!
Ce n'est pas toujours évident pour le coeur de maman mais tu as de quoi être fière de ton fils!