mercredi 13 juillet 2011

Intelligence émotionnelle

L'incompréhension, la solitude, l'isolement... Qui ne s'est pas senti comme ça un moment donné? Pourtant, nous ne sommes jamais seuls. Que ce soit le commis à l'épicerie ou la personne qui conduit la voiture devant nous sur la route, nous ne sommes jamais seuls.

"Je prends mon blackberry et je décide de vérifier mes courriels. Ce n'est pas très urgent, mais juste avant de quitter le bureau, j'ai posé une question à ma patronne et je veux connaitre sa réponse.

Je suis chez moi et ma chanson préférée passe à la radio. Je monte le volume au maximum pour faire quelques pas de danse dans mon salon. Le bonheur que me procure la chanson n'est pas proportionnel aux décibels, mais sans savoir pourquoi, j'aime sentir le plancher vibrer.

Une collègue de bureau arrive à l'envers. Son mari est très controllant et lui fait des scènes chaque fois qu'elle ose être en désaccord avec lui. Je ne comprends pas pourquoi elle ne le quitte pas tout simplement. À sa place, il y a bien longtemps que je l'aurais fait.

Mon amie a des troubles avec ses enfants. Ils ont de la misère à l'école et ont des troubles de comportement. Hier encore, ils se sont battus et seront probablement suspendus. Je lui dis ma façon de penser. Elle n'a qu'à être plus ferme avec eux, c'est tout!"


Dans mes histoires (qui ne sont pas vraies en passant), j'ai oublié que l'homme devant moi était prudent et quand il a freiné je l'ai vu trop tard et je lui ai rentré dedans. J'ai aussi oublié mon voisin qui a passé une partie de la nuit à l'hôpital avec son fils malade et qui vient finalement de l'endormir. J'ai également oublié que ma collègue n'est pas moi et qu'elle a besoin de temps pour prendre sa décision. Elle a aussi très peu d'argent et ne sait pas comment elle se débrouillerait toute seule. Puis finalement, j'ai oublié que mon amie est une mère monoparentale et que pour joindre les deux bouts, elle a dû prendre deux jobs. En même temps, ça m'est sorti de la tête que ce n'est pas tout le monde qui a la même conception de la façon d'élever des enfants.

Partout autour de moi, j'ai l'impression de voir des gens qui sont complètement aveugles, qui ne voient pas - ou ne veulent pas voir - les gens qui les entourent.

Oui, je suis importante. Oui, je dois penser à moi. Mais non, je ne suis pas plus importante que la personne à côté de moi et non, ce que je décide de faire n'est pas uniquement mon affaire.

Et puis, une autre chose. Pourquoi juge-t-on toujours les autres selon nos propres valeurs et façon de voir et d'agir? Les gens sont différents de nous, c'est normal qu'ils pensent et qu'ils réagissent différemment non? On n'a pas à comprendre... tout ce qu'on a à faire est accepter. En tout cas, c'est ce que je pense.

Il y a des gens autour de nous qui nous demandent de l'aide. Peut-on aussi leur demander de quoi ils ont besoin? D'une oreille attentive? D'une épaule pour pleurer? De conseils? De la vérité pure et dure? Je sais que moi, personnellement, je choisis la personne vers qui je me tourne en cas de besoin selon le type d'aide ou de réconfort que je veux.

J'ai probablement des airs de moralisatrice ce soir... C'est possible. Mais j'aimerais tellement que les gens voient les autres. Que les gens prennent des décisions en étant conscient, ou en essayant d'être conscient, de l'impact sur les autres. Et qu'ensuite, les gens endossent la responsabilité de leurs actions. Il me semble que le monde serait tellement mieux si la petite fenêtre sur les autres était ouverte.

1 commentaire:

Lionne a dit…

Tu as TELLEMENT raison ! J'ajouterais toutefois que même lorsqu'on est conscient de tout ça, il arrive à tout le monde de commettre ces erreurs... Mais il ne faut pas baisser les bras et persévérer, essayer... c'est ce qui nous rend meilleurs... et capables de se regarder dans le miroir en se disant qu'on a fait de notre mieux.